Qui demeurait  au 12 rue de Tournon de 1900 jusqu’en 1950 ?

Description par l’administration de l’immeuble du 12 rue de Tournon en 1901

Entrées de cochère et croisées de face, corps de logis renfermant une cour de trois cent soixante quinze mètres carrés. Bâtiment double sur rue et au fond de cour, simple sur les côtés, élevés sur caves, de rez de chaussée, entresol, quatre étages carrés, cinquième sous comble. Construction en pierre moellons, pans de bois, jardin de trois cent cinquante mètres carrés, par le passage au fond, bâtiment rue Garancière 13, avec porte cochère et cour de rez de chaussée à usage d’écurie et remises au rez de chaussée. Petites chambres aux étages.

Nota : Les données fournies ci –après sont issues quasi exclusivement d’archives publiques respectant l’expiration du délai de communication de 50 ans, ici calculé à compter de la signature des baux ( Loi 2008-696, J.O du 16 juillet 2008). C’est la raison pour laquelle, cet inventaire ne sera pas suivi d’un autre, portant une date postérieure.

Les baux conclus avec les locataires ont été soumis à partir du 1er septembre 1948 à un régime de loyers conventionnés, fixés chaque année par décret (régime de la loi de 1948), calculés en fonction de  la surface « corrigée » du logement. Ce dispositif tant qu’il a été applicable au 12 rue de Tournon, procurait un droit pour les locataires au maintien dans les lieux, transmissible à leurs  héritiers (conjoint, ascendants, enfants mineurs vivant avec le locataire depuis plus d'un an). Le 12  rue de Tournon bénéficiait d’un classement défavorable à ses propriétaires, par le fait qu’il n’y avait par exemple, ni ascenseur pour cet immeuble de grande hauteur [environ 160 marches pour les logements situés au niveau le plus élevé],  ni tapis sur les escaliers… éléments d’inconfort qui déterminaient le niveau de classement. La libération progressive du régime dans les années

80 a

  permis de reprendre un  programme de grands travaux indispensable à la survie de cet immeuble de construction délicate, lesquels avaient dû être effectués pendant 30 ans a minima.

Rez de chaussée – boutiques 

Gauche

Droite

1880 Lechevallier Paul ( habitant 2 rue Dupuytren), puis Srl Librairie scientifique de Jacques Lechevallier et Editions Paul Lechevallier.

La Flèche, SA Alsatia 10 rue Bartholdi à Colmar, Bernstein, Centrale de documentation du livre français, SA Editions Défense de la France et enfin Centrale française de diffusion***.

Remises pour deux voitures

Gauche

Droite

Delbet, Forrer

Lemoine ( tapissier, 7 rue de Tournon), Boutel, 7 rue Lobineau.

Immeuble donnant sur la rue de Tournon

Gauche

Droite

Entresol

Guilbert, Mollet –Vieville ( avocat), de Penfentenyo de Kerveguen Christophe..

Barbier ( médecin)

1er étage

Laugier, Hippolyte de Montigny

Vve Oster, Colonna d’Istria

2 ème étage

Lefevre (Vve), Jehanne de Montigny

Cendrier Jules, Cendrier Alexis, Pouthier

3 ème étage

Dussouchet***,  Bouvier Philippe

Godefroy Vve, Revillon d’Apreval, Dutaret Alain, époux de Edith Neveu tous deux avocats).

4 ème étage et au dessus

Dupuy de Frenelle, Tourniquet ***, Mme de Quelen, Gimenez, Etienne Gibert, Mlle Ribaud, Bodin, Hayez, Macé, Granier, Migault, Tourniquet, Enfroy.

Partie de l’immeuble Escalier Gauche Cour

2ème étage

Bondoux, Bollaert

3 ème étage

Barles, Mlle Avril, Colonel Laugier, Pierre Laugier (avocat)

4 étage et au –dessus

Héritiers de Montigny et Corbinais, Laffont, Lubin, Bazire, Le Strat, Bernet Augustine.

Partie de l’immeuble Escalier Droite  Cour

Entresol 

Kleber ***

1re étage

Pierron de Mondésir Berthe, Calmar

2 ème étage

Filipacchi***, Chambon, Forrer ***.

3ème étage

Docteur Sirvin, Cornilleau puis Veuve Cornilleau

4 ème étage

Batis, Ney Charles ***, Lemoine, Delavaud, Bessi,  Foucheyrand

Fond cour centre

Appartement souterrain

Delbet, avec jouissance du jardin

Appartement accessible par 10 marches

Kleber Maurice***, petits enfants Vollant

***Boutique à droite : L’imprimerie JOUVE et

la société FERNAND NATHAN

ont pris la suite.

*** « .Blanchet frères et KLEBER " ont été des fabricants de papier à Rives (Isère). Ils s'étaient associés en 1820 pour créer la première papeterie industrielle connue sous le sigle BFK.

*** Anne-Marie Jouvet-FORRER est la fille de Louis Jouvet

***TOURNIQUET : On trouvera sur le web :http://www.humanite.fr/-+2004-08-28_Tribune-libre+- ,un récit émouvant de la libération de Paris en 1944,  écrit par Jeannine Tourniquet, fille des gardiens de l’époque du 12 rue de Tournon :  Monsieur et Madame Charles NEY , dans le Courrier des lecteurs de l'Humanité du 28 août 2004 : « Des locataires de

la rue Tournon

fêtent la libération de Paris ».

*** DUSSOUCHET :mentionné dans la période précédente.